Les cernes (nom masculin) constituent une plainte fréquente quel que soit l’âge. Creux situés sous les yeux et donnant au regard un air fatigué, ils peuvent être creusés ou colorés. Dans certains cas, ils sont à la fois colorés et à la fois creusés. Cependant, une des 2 caractéristiques est toujours prédominante.

En cas de cernes plutôt creusés, le traitement consistera à restaurer le volume perdu. 2 méthodes seront alors possibles :

  • Un traitement médical par injections d’acide hyaluronique : dans cette zone fragile qu’est le contour de l’œil, il est indispensable d’utiliser un acide hyaluronique spécialement conçu pour la région périorbitaire. En effet, si l’acide n’est pas adapté, un effet secondaire dit « effet Tyndall » est susceptible de survenir. Il s’agit d’un gonflement localisé et bleuté.
    Dans cette région de peau très fine,  il est par ailleurs nécessaire de réaliser les injections très en profondeur, au contact de  l’os.
  • Un traitement chirurgical par lipofilling : comme pour toute zone, le  lipofilling permet de redonner du volume de manière définitive, en injectant de la graisse dans les cernes creusées.
    Concernant la région des cernes, le lipofilling est actuellement la méthode de référence pour obtenir un résultat satisfaisant, naturel  et durable.

En cas de cernes plutôt colorés et hyperpigmentés, un traitement de surface sera nécessaire pour traiter la dyschromie (trouble de la couleur cutanée).Les 2 traitements envisageables sont les suivants :

  • Un traitement par laser sera réalisé par un spécialiste en lasers expérimenté. Des confrères spécialisés pourront vous être recommandés par le docteur Natalie Rajaonarivelo.
  • Un traitement par peeling dépigmentant peut améliorer la coloration des cernes. Utilisable également chez les patients à peau noire, ce peeling va en 4 à 5 séances éclaircir la zone périorbitaire et les cernes. Comme pour tout traitement par peeling, il est indispensable de respecter une éviction solaire stricte pendant tout le traitement (2 mois au total) pour éviter un rebond pigmentaire.

Dernière modification : 1 février 2018