La disparition de l’angle cervico mentonnier est une des caractéristiques du vieillissement de la face.

En effet, une bonne définition de cet angle (créé par la jonction entre le menton et le cou) va donner au visage une allure dynamique et élégante.

Plusieurs facteurs contribuent à la disparition de cet angle cervico-mentonnier, et ils peuvent être traités séparément ou ensemble lors d’un traitement combiné :

1. Une surcharge graisseuse sous mentale détériore l’angle cervico-mentonnier.

Cette surcharge graisseuse, qui donne un aspect de cou empâté, peut être génétique et apparaître tôt, dès la vingtaine. Elle peut aussi apparaître de manière constitutionnelle lors du vieillissement. Dans tous les cas, l’examen de la surcharge graisseuse doit être approfondi :

  • Un excès graisseux sous cutané, situé en arrière de la peau mais en avant des muscles peauciers du cou sera traitée par une lipoaspiration. L’intervention est réalisée en ambulatoire, sous anesthésie générale ou locale. Il n’y a pas de pansement particulier, mais seulement une bande de contention à porter environ 8 jours. Les cicatrices sont hyper discrètes, de 3 à 4 mm, sous le menton et en arrière des oreilles.
  • En revanche, un excès graisseux sous musculaire, situé en arrière des muscles peauciers nécessitera une cicatrice plus longue, située au niveau du pli sous le menton. Cette intervention dénommée platysmaplastie peut être réalisée de façon isolée ou être associée à un lifting du cou en cas d’excès cutané associé. La platysmaplastie est réalisée sous anesthésie générale en ambulatoire avec une sortie le jour même. Il n’y a aucun soin particulier post opératoire. Le résultat final est obtenu comme pour toute intervention entre 3 et 6 mois après l’intervention.

2) Une rétrogénie contribue également à détériorer l’angle cervico-mentonnier. En effet, la projection du menton permet de soutenir le plan horizonal du menton et de donner une bonne définition à l’angle cervical. Lorsque le menton est en arrière (rétrogénie), il est nécessaire de traiter cette rétrogénie pour obtenir un résultat satisfaisant sur l’angle cervico-mentonnier

3) L’affaissement des tissus et le relâchement cutané du cou liés à l’âge vont donner un aspect plus ou moins tombant au cou et à l’angle cervical. Cette disparition de la définition de l’angle cervical qui « pend » donne au visage et au cou un aspect fatigué et relâché, manquant de tonicité. Dans ce cas, plusieurs solutions sont envisageables pour améliorer ce relâchement cutané :

  • Un traitement global du relâchement par mésothérapie va permettre d’améliorer la trophicité du cou. Ce traitement va avoir pour objectif d’améliorer la qualité de la peau. Pour le visage, le cou et le décolleté, un mélange de polyvitamines et d’acide hyaluronique pourra être utilisé en cures (2 à 3 séances d’injections espacées d’environ un mois). Ce traitement ne permet pas de redéfinir l’angle cervico-mentonnier mais améliore globalement l’enveloppe cutanée.
  • Le traitement chirurgical du relâchement cutané va consister en un lifting du cou et du bas du visage pour redessiner l’angle cervico mentonnier. Les muscles platysmas (muscles peauciers du cou) ainsi que la peau vont être remis en tension et en bonne position pour obtenir un cou tonique et dynamique. Un lifting du cou peut être associé au traitement d’une rétrogénie et au traitement d’un excès graisseux cervical.L’intervention combinera alors éventuellement ces 3 points pour un résultat optimal.

Dernière modification : 29 août 2018