Une chirurgie méconnue en plein essor

De nombreuses femmes souffrent, sans jamais en parler, d’une  gêne esthétique et/ou fonctionnelle du périnée.
La pudeur les empêche la plupart du temps de consulter. Pourtant, que ce soit dans leur vie personnelle et sexuelle, ou même simplement dans leur vie quotidienne, la gêne est majeure et peut dans certains cas les  priver d’une activité sportive ou d’une vie sexuelle épanouie.
Dès la puberté, les jeunes femmes s’interrogent parfois sur la normalité de leur sexe. Les questions les plus fréquentes sont en général : «la taille de mes petites lèvres est-elle normale ou trop grande ? », « l’aspect de mes grandes lèvres est il normal ? », « la taille de mon clitoris est elle normale ? »
Il faut savoir que la plupart du temps, la réponse sera « oui ! Tout est normal ! ».  Mais, si une consultation avec un spécialiste peut rassurer sur sa normalité, des solutions thérapeutiques pourront être proposées en cas d’anomalies gênantes.

  • Une nymphoplastie pourra être réalisée en cas d’excès des petites lèvres. Il s’agira alors de réduire la taille des nymphes (petites lèvres).
  • Il faut savoir poser précisément son diagnostic car, si parfois une réelle nymphoplastie peut être nécessaire, dans certains cas, c’est l’atrophie des grandes lèvres (qui ne jouent plus leur rôle protecteur sur le périnée) qui donne une fausse impression d’hypertrophie des nymphes. En effet, une activité sportive intense peut parfois entrainer une atrophie douloureuse des grandes lèvres. En cas d’atrophie des grandes lèvres, une labioplastie par lipofilling ou injection d’acide hyaluronique permettra de redonner la consistance optimale aux tissus.
  • Enfin, en post traumatique (après un viol) ou pour des raisons de tradition, une hyménoplastie pourra être réalisée pour reconstruire l’hymen.

 Après une grossesse, en cas de perte de tonicité de la paroi vaginale, une vaginoplastie pourra être envisagée. Cependant, il faut savoir que pour cette intervention, la prise en charge devra être multidisciplinaire, avec un kinésithérapeute spécialisé en rééducation périnéale, un sexologue et un gynécologue.

Enfin, avec l’âge, plusieurs interventions pourront être envisagées en fonction de la gêne ressntie :

  • Une nymphoplastie ou une labioplastie restent toujours possibles.
  • Enfin, en cas de relâchement des tissus du pubis, après un amaigrissement important, un lifting du pubis est possible.

Beaucoup de solutions existent pour ces troubles féminins méconnus mais invalidants  au quotidien.

Il est important d’en parler à un spécialiste qui pourra proposer la solution adaptée à chacune.