Qu’est- ce que je peux faire pour améliorer mon apparence tout en restant naturelle ?

La première des choses à faire pour améliorer son apparence consiste à améliorer son hygiène de vie en éliminant le tabac et en utilisant une protection solaire. Certes, il existe des prédispositions génétiques, mais des études, menées sur des paires de jumeaux et de jumelles, ont clairement montré le rôle majeur que jouent le tabac et le soleil dans le vieillissement.
En effet, l’exposition solaire va entrainer l’apparition de rides et de taches et créer une élastose solaire (peau plissée). Le tabac va lui aussi favoriser l’apparition des rides, mais également des poches malaires (par diminution du drainage lymphatique) et donner un teint terne avec des pores dilatés.
Des compléments alimentaires à base d’acide hyaluronique et d’antioxydants peuvent par ailleurs aider à améliorer la qualité de votre peau.
Enfin, lors d’une consultation spécialisée, le docteur Natalie Rajaonarivelo pourra réaliser un diagnostic précis des gestes à envisager, qu’il s’agisse de toxine botulique, d’acide hyaluronique ou de chirurgie, mais avec l’objectif constant de garder un aspect tout à fait naturel et simplement plus.


 

Des rides sont apparues depuis quelques temps

Avec le temps, la peau se marque et des rides apparaissent. Selon les personnes, les rides peuvent apparaitre plus ou moins tôt. Il existe différents traitement pour les rides selon leur origine. En effet, il existe des rides dynamiques, liées à la contraction plus ou moins permanente de certains muscles de la face et créant des rides d’expression : il s’agit des rides du lion, des rides de la patte d’oie et des rides du front. Ces rides seront donc traitées par un produit permettant le relâchement ou la décontraction des muscles : la toxine botulique.
Il existe également des rides liées à la diminution de l’hydratation et des volumes de la face. Ces rides doivent être traitées par un produit permettant la réhydratation et éventuellement l’apport du volume manquant : l’acide hyaluronique.
Par ailleurs, les ridules de surface extrêmement fines peuvent elles être également améliorées par peelings ou laser.


J’ai peur du botox

Les patients ont souvent peur d’être figés avec de la toxine botulique. Le mode d’action de la toxine botulique consiste à relâcher certains muscles trop contractés comme les muscles corrugateurs (rides du lion), les muscles orbiculaires (rides de la patte d’oie)…
Si, aux États Unis, le traitement par toxine botulique est considéré comme réussi lorsque le visage est figé, en France en revanche, le résultat attendu est un résultat naturel. Le but est d’empêcher une contraction permanente des muscles mais de permettre une mobilité et une expressivité. Le traitement correctement réalisé permettra donc de donner un coup d’éclat au visage et de défatiguer le regard tout en conservant une expression faciale aux émotions.


J’ai un regard très fatigué à cause de mes poches et de mes cernes

Avec l’âge, des poches et des cernes peuvent apparaitre sous les yeux, en donnant un aspect perpétuellement fatigué, même lorsqu’il n’existe pas de fatigue réelle. Il est maintenant possible d’améliorer cet aspect fatigué de manière médicale (au cabinet) ou chirurgicale (en clinique). Les cernes et l’aspect d’œil creux, qui apparaît avec l’âge peuvent être traités par des injections d’acide hayluronique ou par lipofilling. Les poches quant à elles nécessitent une intervention chirurgicale (sans cicatrice). Il est en général préférable de commencer par le traitement des cernes car parfois la simple correction des cernes creux permettra d’atténuer considérablement les poches. Les cernes colorés seront eux traités par des peelings légers dépigmentants.


J’ai les paupières lourdes

Avec le temps, les paupières supérieures peuvent retomber sur l’œil en donnant un aspect triste et fatigué. Il est possible d’ouvrir un peu le regard grâce à des traitement médicaux comme la toxine botulique ou le laser Ulthéra, mais lorsque l’excès de peau est trop important, une intervention chirurgicale est nécessaire. La blépharoplastie est actuellement l’intervention la plus demandée à la fois chez les hommes et chez les femmes à partir de la quarantaine.


Je suis gênée par le bas de mon visage

Avec le temps, les tissus ont tendance à tomber vers le bas en créant des bajoues disgracieuses. Par ailleurs, l’angle du cou perd sa définition. La peau du cou peut alors être distendue et un amas graisseux peut parfois apparaître. Il est possible d’améliorer l’ovale du visage et l’angle du cou par des traitements médicaux (injections ou fils) ou chirurgicaux.
Des plis d’amertumes peuvent également apparaître de chaque coté du menton et de la bouche. Dans ce cas, le traitement sera médical, pouvant combiner des injections d’acide hyaluronique et des injections de toxine botulique et dans certains cas la mise en place de fils tenseurs.


Mes lèvres sont trop fines, je souhaite des lèvres plus pulpeuses plus sexy

Les lèvres jouent un rôle esthétique important dans le visage. Il est tout à fait possible d’améliorer l’aspect des lèvres. Des injections d’acide hyaluronique permettront, en fonction du produit utilisé, soit de réhydrater les lèvres sans en augmenter le volume, soit d’augmenter leur volume en conservant ou en modifiant leur forme initiale. Ces injections réalisées au cabinet sont toujours précédées d’une anesthésie locale de façon à être totalement indolores.


Mon nez m’a toujours complexé mais j’ai peur de changer

La crainte majeure des patients envisageant une rhinoplastie concerne leur aspect post opératoire. Le docteur Natalie Rajaonarivelo dans sa vision de la chirurgie tient à respecter l’identité de chacun et la morphologie de chaque visage. Elle attache une importance particulière à l’aspect naturel de la chirurgie. Pour cette raison, une intervention de rhinoplastie est une intervention durant avec elle de 2 à 3 heures, où chaque geste est adapté au cas par cas à chaque nez et à chaque visage, loin des rhinoplasties standardisées qui donnent le même aspect à tous les nez opérés. L’objectif est un résultat final s’intégrant dans le visage, en respectant son identité tout en gommant les défauts disgracieux.


Je suis complexée par la taille de mes seins, trop petits

La demande d’augmentation mammaire est une demande croissante en France. Une augmentation mammaire est possible à tout âge à partir de la post adolescence, mais il existe deux pics d’âge principaux : le premier autour de la vingtaine, après la fin de la croissance mammaire, lorsque la taille des seins est estimée trop petite par la patiente. Un autre autour de la quarantaine, après la fin des grossesses et des allaitements éventuels. Les techniques possibles pour augmenter la taille de la poitrine sont la mise en place d’un implant mammaire ou le transfert de graisse par lipofilling. Dans tous les cas, il s’agit une intervention chirurgicale. L’augmentation mammaire par acide hyaluronique est actuellement strictement interdite en France en raison du risque de coques et des difficultés de surveillance radiologique.


Mes seins trop gros me complexent énormément

L’hypertrophie mammaire peut être très invalidante esthétiquement et fonctionnellement. En effet, il est peut être difficile de se vêtir. Les décolletés sont parfois évités pour ne pas exposer sa poitrine et une hypertrophie mammaire alourdit la silhouette en donnant un aspect de poids plus important. Mais au delà des considérations esthétique, le poids des seins peut provoquer des douleurs dorsales parfois invalidantes et peut limiter l’activité physique en raison de la gêne occasionnée.
Dans ces cas, une intervention de réduction mammaire peut être proposée de façon à réduire la taille de la poitrine. Cette intervention peut maintenant être réalisée en ambulatoire, avec une sortie le jour même. L’opération est possible à tout âge, y compris chez de très jeunes filles lorsqu’elles présentent une hypertrophie réelle et invalidante.


Mes seins ont diminué de volume depuis ma grossesse

Les grossesses, mais particulièrement l’allaitement, peuvent entrainer une fonte glandulaire. La poitrine peut ainsi être plus petite et parfois plus tombante que ce qu’elle était auparavant. Pour retrouver les seins d’avant la grossesse, il peut être alors nécessaire de recourir à une augmentation mammaire. Cette augmentation mammaire peut éventuellement être associée à une cure de ptose pour remonter les seins lorsqu’ils sont en plus tombants. Il s’agit alors d’une intervention appelée « plastie-prothèses ».


Quel lien entre les prothèses mammaires et le cancer du sein ?

Le recul actuel permet d’affirmer que la présence d’implants mammaires n’augmente en aucun cas le risque de survenue de cancer du sein.
La surveillance des seins par mammographie dans le cadre du dépistage systématique du cancer du sein n’est par ailleurs pas perturbée par l’implant. Il faut toutefois en informer votre gynécologue et le radiologue.


Peut on être enceinte après une chirurgie des seins ?

Après une chirurgie des seins, il est conseillé d’éviter les grossesses dans les 2 ans qui suivent l’intervention, de façon à éviter de détériorer le résultat esthétique de l’intervention.
Quant à l’allaitement, il reste souvent possible après l’intervention. Cependant, après une cicatrice au niveau de l’aréole, il ne peut être garanti.


Ma culotte de cheval me complexe, je n’aime pas ma silhouette

Lorsqu’il existe des zones de graisse localisée, la silhouette peut être améliorée par une lipoaspiration. Une lipoaspiration peut tout à fait être réalisée chez une personne très mince, s’il existe des zones de graisse qui résistent à l’amaigrissement. Le but de l’intervention est de remodeler la silhouette en éliminant les zones disgracieuses qui la détériorent et non pas de faire perdre du poids. Bien entendu, pour être efficace, la lipoaspiration doit être associé à une hygiène de vie saine (activité sportive et alimentation équilibrée).


Je n’arrive pas à retrouver mon ventre de jeunesse malgré le sport et un régime

Lorsque, malgré une activité sportive et une alimentation équilibrée, la morphologie du ventre s’est modifiée avec l’âge, un traitement peut être proposé en fonction de la gêne ressentie. Lorsque la peau est simplement un peu relâchée, un traitement par laser peut être suffisant pour améliorer l’aspect du ventre. Lorsqu’il existe une véritable zone de graisse localisée, une lipoaspiration permettra de retirer cette graisse. En revanche, lorsqu’il existe un excès important de peau abdominale ou des vergetures nombreuses, seule une plastie abdominale permettra de traiter efficacement le problème. Cette plastie abdominale pourra évidemment être associée à une lipoaspiration en cas d’excès graisseux important.


Je suis gêné(e) par une transpiration excessive

Que ce soit au niveau des mains (mains moites) ou des aisselles (taches sur les vêtements), une transpiration excessive peut être très gênante dans la vie sociale et personnelle. Dans ces cas, le recours à des injections de toxine botulique permet de traiter efficacement l’hypersudation. Contrairement au traitement par toxine à visée esthétique, un seul traitement par an est en général nécessaire pour permettre un résultat durable.


Les mineurs doivent ils être obligatoirement accompagnés lors de leurs consultations ?

Lors d’une consultation, un(e) mineur(e) ne doit pas nécessairement être accompagné(e).
En revanche, pour la réalisation de tout acte, qu’il s’agisse d’un acte médical ou chirurgical, une autorisation parentale sera nécessaire.


La chirurgie peut elle être prise en charge par l’Assurance Maladie ?

Les actes esthétiques (de médecine ou de chirurgie) ne peuvent en aucun cas être pris en charge par l’Assurance Maladie.

Les actes bénéficiant d’une prise en charge sont :

  • les reconstructions mammaires après cancer,
  • les réductions mammaires enlevant plus de 300 grammes par sein,
  • les cures de mamelons invaginés,
  • les oreilles décollées chez les enfants,
  • les gynécomasties accusées avec retentissement avéré psychologique ou sexuel.

Une entente préalable est nécessaire (et peut être refusée) pour :

  • les malformations mammaires (syndrome de Poland et seins tubéreux),
  • les plasties abdominales avec tablier recouvrant le pubis dans les suites d’une chirurgie de l’obésité (anneau gastrique ou by-pass),
  • les rhinoplasties après traumatisme (fracture du nez prouvée par radio ou scanner).

Quelle est la prise en charge financière par l’Assurance Maladie ?

Lorsque votre intervention est prise en charge par l’Assurance Maladie, l’intégralité des frais liés à la chirurgie est prise en charge, en dehors des honoraires de l’anesthésiste et du chirurgien.
Ces honoraires peuvent être, selon votre mutuelle complémentaire, pris en charge en totalité ou en parti.


J’ai peur de l’anesthésie…

La plupart des patients ont peur de l’anesthésie. Il faut savoir que les protocoles d’anesthésie sont maintenant très encadrés et très sûrs. Il est de toutes façons essentiel de voir votre anesthésiste en consultation avant une intervention. Il faudra alors lui mentionner tous vos antécédents médicaux pour prendre toutes les précautions possibles. L’anesthésiste pourra alors vous rassurer, vous aider à dépasser vos angoisses et envisager avec vous une prémédication avant l’intervention, de façon à vous déstresser.


Combien de rendez vous avant une intervention ?

Avant une intervention, deux consultations sont recommandées. La première sert à déterminer l’option thérapeutique la plus adaptée à votre cas, à vous donner toutes les informations nécessaires et à remettre un devis détaillé.
La seconde sert à revenir sur des points peu clairs et à signer les documents obligatoires (consentement éclairé et devis). C’est également à ce moment que tous les détails pratiques de l’intervention seront réglés.
En cas d’anesthésie générale ou de neuroleptanalgésie, une consultation avec votre anesthésiste sera également nécessaire.


Y a t-il un délai pour se faire opérer ?

En chirurgie esthétique, il existe un délai légal de 15 jours entre la première consultation et l’intervention. Ce délai est incompressible. Par extension, ce délai est également applicable à toute intervention fonctionnelle non urgente, y compris des interventions prises en charge par l’Assurance Maladie (oreilles décollées, reconstruction mammaire après cancer, réduction mammaire…).


Comment peut-on programmer l’intervention ?

Dès la première consultation, si vous êtes décidé(e) vous pouvez d’ores et déjà réserver une date d’intervention. En revanche, cette date devra impérativement respecter le délai de réflexion obligatoire de 15 jours.
Si vous n’êtes pas encore complètement décidé(e), il vous suffira de contacter par la suite Catherine pour caler ensemble la date opératoire, la date de second rendez vous et les rendez vous post opératoires.


Quand programmer une intervention ?

Il faut tenir compte de la période de convalescence post opératoire. Selon l’intervention, il pourra s’agir de la période où l’activité physique devra être réduite ou encore de la période pendant laquelle une éviction sociale devra être envisagée pour éviter que l’entourage soit informé de l’opération (bleus ou gonflements visibles au visage..)
Cette période est variable en fonction de l’intervention envisagée.
Dans les cas d’intervention esthétique, comme aucun arrêt de travail ne pourra être prescrit, il faudra prévoir une période de congés si vous travaillez.


Quels sont les conseils avant une intervention ?

Il est indispensable d’arrêter la prise d’aspirine, d’anti-inflammatoires, ou d’anti-coagulants oraux dans les 10 jours qui précèdent l’intervention, pour réduire le risque de saignements.
Il est fortement conseillé d’arrêter de fumer 1 mois avant l’intervention, pour réduire le risque de complications de la cicatrisation.
De même, il est également conseillé d’arrêter la contraception orale 1 mois avant l’intervention, pour diminuer le risque thrombo-embolique.
Une préparation homéopathique est fortement conseillée, à base d’arnica montanaet d’hypericumperforatum.


Comment se déroule l’organisation d’une intervention ?

En fonction de la date choisie pour votre intervention, un rendez vous de consultation sera pris avec votre anesthésiste. Ce rendez vous doit avoir lieu au minimum 48 heures avant l’intervention.
Toutes les consignes concernant votre intervention vous seront remises.
L’heure exacte de votre admission vous sera précisée la semaine précédent l’intervention.


Comment se déroule le jour de l’intervention ?

Le jour de votre intervention chirurgicale, vous devez être à jeûn, sans avoir bu ni mangé les 6 heures précédent l’anesthésie. A votre arrivée à la clinique, vous serez enregistré(e) aux admissions. Ensuite, vous serez conduit à votre chambre. Vous devrez revêtir les vêtements (blouse, chaussons et chapeau) fournis par la clinique. Vous serez conduit(e) au bloc où vous retrouverez le docteur Rajaonarivelo, votre anesthésiste et l’assistante de bloc (Dorothée). Après l’intervention, vous serez surveillé(e) pendant environ une heure en salle de réveil. Vous pourrez ensuite regagner votre chambre où une collation vous attendra. Attention à ne pas vous lever seul(e) immédiatement après une intervention chirurgicale. En effet, vous risqueriez de faire un malaise suite à l’anesthésie. Cet effet disparaitra dans les heures qui suivent. Votre sortie sera effectuée le jour même si vous êtes en ambulatoire ou le lendemain si vous êtes en hospitalisation traditionnelle. Dans tous les cas, le docteur Rajaonarivelo passera contrôler votre pansement avant votre sortie.


Puis je me laver après une intervention ?

Bien entendu. Les douches sont même recommandées après une intervention. On pense bien souvent qu’il ne faut pas mouiller une cicatrice mais en réalité, les douches ont un effet bénéfique en nettoyant activement les plaies. En revanche, les bains sont contre indiqués dans les 3 à 4 semaines suivant une chirurgie.


Combien de RDV de contrôle faut-il prévoir après l’intervention ?

En règle générale, on prévoit 2 rendez vous précoces en post opératoire, le premier vers le 3ème ou 4ème jour puis le second vers le 10ème jour.
Ensuite, un rendez vous de contrôle est généralement prévu vers le 1er, 3ème et 6ème mois post opératoire. Un contrôle à un an peut également être prévu.
Pour la chirurgie esthétique, tous ces rendez sont inclus dans le devis initial.
Pour les patients vivant en province ou à l’étranger, des consultations de contrôle par télécommunication sont réalisables en cas d’impossibilité de se déplacer.

Dernière modification : 20 septembre 2016